Sélectionner une page

THINK, BUILD & RUN : TECHNOLOGIES, CLOUD, DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL, CROSS-BORDER, MARKETPLACES & MARKETING DIGITAL

20+ ANNÉES D’ENTREPRENARIAT DANS LE RETAIL LUXE & SPORT, LE E-COMMERCE DOMESTIQUE ET TRANSFRONTALIER DIRECT-TO-CONSUMER & EN MARKETPLACES AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DIGITALE DE VOTRE BUSINESS.

👉 Vous avez la volonté d’évoluer, de vendre mieux, ici et ailleurs, dans le contexte mondial de la digitalisation des échanges commerciaux ?
👉 L’accroissement des flux de données et de produits autour du globe vous ouvre un nouveau champ des possibles ?
👉 Vous êtes perdu dans l’atomisation du paysage des prestataires et des solutions technologiques, logistiques, commerciales, marketing, etc. ?
👉 La frénésie du rythme du changement altère votre capacité à décider sereinement ?

–> Vous avez besoin d’un regard expérimenté extérieur.

Vous ne serez jamais transformé. Vous serez toujours en transformation.”
Ted Schadler, VP de Forrester

La migration du Système d’information dans le Cloud, l’avènement du SaaS

Quand on été faits les choix des solutions logicielles que vous utilisez ? Combien vous coûtent t-elles ? Pour quel résultat ? On n’aborde plus aujourd’hui l’architecture d’un système d’information tel qu’on pouvait encore le faire il y a peu. Votre stack technologique existant doit être auditer pour déterminer les lacunes à combler et trouver les solutions pour adapter votre entreprise à vos challenges de demain. Les outils logiciels autrefois hébergés migrent dans le SaaS. Shopify vient de dépasser le million de vendeurs. Amazon AWS et Microsoft Azure deviennent les autoroutes de l’information dans le Cloud. Les coûts de réduisent. Les briques fonctionnelles se multiplient. Elles doivent communiquer. CRM, ERP, WMS, OMS, analytique, business intelligence, etc… et mêmes d’autres services auxquels vous ne pensez pas et qui pourraient vous être utiles sont dans le Cloud. Vos équipes doivent s’adapter et être formées.


L’évolution des business models, la verticalisation du commerce, l’accès direct au consommateur : DTC, DNVB

Le commerce électronique ne représente encore que 14% de toutes les ventes au détail et sa croissance va continuer pendant encore beaucoup d’années. Il y aura beaucoup d’opportunités à venir. Les consommateurs d’aujourd’hui évoluent constamment. Ils sont plus avertis en technologie, plus informés et plus exigeants que jamais. Toute marque ou détaillant qui souhaite survivre et prospérer dans ce paysage en constante évolution doit être capable se réinventer et d’accepter que ce marché change. Ceux qui ne s’adaptent pas risquent de disparaître.
Plus que jamais, les vendeurs devront rester tournés vers l’avenir à mesure que l’évolution du commerce électronique se poursuit. Nike quittait Amazon le 13/11. Ses ventes DTC sont en pleine explosion. Shopify pourrait bientôt concurrencer Amazon, Les marques établies verticalisent leur business model et veulent accéder au client final, sans intermédiaire. Les DNVB, les DTC, font les gros titres dans la presse spécialisée. Elles fédèrent des communautés sur leurs réseaux sociaux, se développent en dehors des circuits de distributions traditionnels. De nombreuses entreprises B2B doivent faire le pas direct-to-consummer.


Les marketplaces dominatrices du B2C. Avec ou sans ? Comment ?

Les marketplaces sont dominatrices et tirent la croissance du e-commerce. Elles réduisent les points de friction, acquièrent une grande visibilité, regroupent d’énormes quantités de clients, qu’elles fidélisent et rassurent. Ce sont les premières zones de chalandise. Aux Etats-Unis, Amazon occupe 33,7% du marché B2C. En Chine, 3 marketplaces en ont 90%. En Europe, leur paysage est fragmenté. Elles se multiplient, dans les services ou les produits, dans l’alimentaire, dans l’économie circulaire, dans le B2B et le B2C… Alibaba s’apprête à devenir l’un des acteurs majeurs en Europe. Shopify pourrait bientôt concurrencer Amazon. Tirer parti de la portée des marketplaces, de Google et de Facebook/instagram n’a jamais été aussi prometteur, ni aussi compétitif. Ces géants ont chacun joué un rôle central dans la formation de l’industrie du commerce électronique telle que nous la connaissons. Et pendant des années, ils avaient tendance à rester dans leurs propres voies. Mais alors que les principaux acteurs entrent en 2020 sur une trajectoire de collision, il y aura forcément des implications pour les marques et les détaillants.


La fragmentation et la spécialisation des leviers d’acquisition

Les acheteurs en ligne ont désormais une multitude de canaux parmi lesquels choisir – et ce nombre continuera de croître. Le smartphone devient le premier outil pour consommer en ligne. Les générations B, X, Y, Z ont des utilisations différentes de la recherche, des réseaux sociaux… qui deviennent aussi des zones de chalandise.
Déjà, les marketeurs se spécialisent : le marketing d’influence, le SEO, le SEA, le community management, le native advertising, le RTB, in-app, YouTube, le live streaming, les marketplaces, Amazon et son éco-système particulier, etc… Actionner chaque levier d’acquisition pour rencontrer vos clients avec une précision ROiste requiert de nouvelles expertises.
Le volume considérable d’options signifie qu’il ne suffit plus de se concentrer sur la présence de l’offre sur autant de marchés que possible – du moins, pas tous d’un seul coup. Les vendeurs doivent d’abord se concentrer sur l’identification de la meilleure correspondance entre les marchés et leur offre. Alors que les marchés de niche et des leviers spécifiques continuent d’émerger, les vendeurs devront affiner leurs stratégies d’expansion pour atteindre les bons consommateurs en fonction de l’endroit, du moment et de la façon dont ils souhaitent acheter.


La croissance mondiale du commerce transfrontalier

Les achats transfrontaliers se développent à un rythme de croissance deux fois supérieur à celui des marché internes. Les pays émergents font-ils partie de votre stratégie ? Face à la dérégulation mondiale des échanges commerciaux, les Etats réagissent. 2021 sera une année charnière qui redistribuera les cartes : la fin de la franchise sur les EVN, la remise en cause des “frais terminaux” de l’UPU, le durcissement des règles de perception de la TVA sur les marketplaces, Alibaba qui s’apprête à disrupter le commerce européen, etc…
Les vendeurs devront connecter et optimiser leur offre à la mondialisation des échanges commerciaux, prendre en compte les nouvelles réglementations et s’organiser.
L’augmentation de la concurrence entre les détaillants dans le même espace a provoqué la genèse de la promesse de livraison le jour même. Rendre l’expérience de livraison et de retour simple, transparente et rentable, pour les clients et les vendeurs est le challenge à relever.

Pin It on Pinterest

Share This