Target économise 8400 aller-retours à la Lune en 1 mois avec le Ship-from-Store

La stratégie ship-from-store de Target consistant à exploiter l’inventaire local lui a permis d’économiser près de 4 milliards de miles de transit de colis en (ce qui représente 160.000 tours du monde ou 8.400 voyages aller-retour vers la lune).
Julien Fontaine

Target a annoncé qu’au cours de la saison des vacances 2017, 70% de ses commandes avaient été exécutées dans les magasins locaux.

En avril 2016, la commande Target.com moyenne a parcouru 798 miles. Deux ans plus tard, en avril 2018, la distance était tombée à 322 milles, une amélioration de 60%.

Les chaînes brick & mortar que leurs concurrents pure players parce qu’ils ont un inventaire beaucoup plus largement distribué.

Cependant, les consommateurs ne veulent souvent pas aller au magasin – en fait, l’évitement du magasin est l’une des principales propositions de valeur qu’offre le commerce électronique. Ce que Target a fait est remarquable en ce qu’elle exploite l’inventaire local tout en assurant la livraison. La stratégie de Target consistant à exploiter l’inventaire local a permis au détaillant d’économiser près de 4 milliards de miles de transit de colis en avril 2018 seulement, ce qui représente 160 000 voyages à travers le monde ou 8 400 voyages aller-retour vers la lune.

Cela signifie que Target était beaucoup moins susceptible de devoir expédier des colis dans plusieurs zones d’expédition, que l’inventaire en magasin tournait plus vite, qu’il n’avait pas à investir dans une plus grande capacité de centre de distribution à mesure que l’activité en ligne se développait et que moins d’émissions de carbone étaient nécessaires pour transporter des colis distances inutiles.

C’est un succès que toute entreprise disposant de nombreux magasins devrait considérer afin d’obtenir un avantage en termes de coûts et d’accélérer la livraison des commandes aux consommateurs qui attendent une livraison rapide et gratuite.

Finalement, un volume suffisamment important de commandes en ligne expédiées depuis les magasins devrait obliger Target à repenser le magasin, en allouant plus de surface pour créer des installations de préparation et d’emballage pour rendre la préparation des commandes plus efficace et pour s’assurer que les préparateurs ne marchent pas sur les plates-bandes des vendeurs en magasin pour utiliser les derniers produits en stock.

Les magasins vont-ils devenir des centres logistiques? L’unification des stocks doit permettre aux enseignes de remédier aux ruptures de stock, via l’expédition de commandes en ligne depuis une boutique physique. Le ship-from-store, est une nouvelle brique essentielle d’un commerce omnicanal après l’e-réservation et le click&collect. 

Chez nos partenaires, cela permet d’augmenter de 20 à 30 % les ventes. C’est une arme contre la rupture de stock. Nos analyses montrent que 25 % des produits proposés par les sites européens sont en rupture. En face, et particulièrement dans l’habillement, vous ne pouvez stocker dans un magasin toutes vos références dans toutes leurs déclinaisons. Mais, si on met tous les stocks ensemble, on peut faire en sorte que chaque point de vente ait accès à l’intégralité du catalogue, peu importe la localisation du produit.“, Romulus Grigoras, fondateur de OneStock.

Toutes les enseignes y réfléchissent, explique-t-il. Chacune à leur rythme. Plusieurs d’entre elles ont déjà mis en place le stock unifié. Certains y voient là l’occasion de raccourcir la distance et les délais de livraison, d’autres la possibilité de faire livrer à Marseille une chemise en stock dans le magasin de Strasbourg. Tout cela sans que le client ne face la différence“, Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce.


L’investissement de Target dans la collecte en magasin pour les commandes en ligne porte ses fruits

Target est un point brillant parmi les détaillants traditionnels. Le détaillant a déclaré une croissance des ventes à magasins comparables de 5,7% en novembre et décembre – un bond par rapport à 3,4% pour la même période en 2017. L’un des contributeurs à cette croissance a été la collecte en magasin pour les commandes en ligne, une manière pour laquelle le détaillant a tenu bon face à la concurrence croissante d’Amazon.

La société a traité 60% d’articles en plus grâce à la collecte en ligne des commandes, «Drive Up» (une option où les clients se rendent aux points de collecte de livraison désignés aux emplacements cibles) et sont expédiés du magasin par rapport à l’année dernière. La croissance des ventes en ligne de 29% au cours de la période de novembre à décembre a été entièrement tirée par les ventes en ligne collectées en magasin.

La collecte en magasin permet aux détaillants traditionnels comme Target de réutiliser les magasins physiques en centres de traitement et de livraison. Elle réduit les coûts de livraison directe au consommateur. C’est un service dans lequel de grands détaillants comme Home Depot, Walmart et CVS ont également investi.

Acheter en ligne et collecter en magasin deviendra bientôt la méthode de livraison par défaut pour 86% des clients. (Zebra Tech)

Malgré l’attrait, cette stratégie omnicanale comporte également des risques. Alors que les magasins deviennent des centres logistiques, elle exerce une pression sur les stocks en rayonnage qui doivent rester disponibles pour les clients.

Collecter les produits achetés en ligne dans les magasins est tellement plus rentable que de les livrer à domicile. Cela a aidé Target à stimuler les ventes, mais cela les a également aidés à protéger leurs résultats. Le volume est maintenant devenu à un niveau tel que vous devez vous assurer que votre stratégie d’inventaire est vraiment précise et que vous avez des systèmes en place pour assurer un suivi approprié”, Neil Saunders, GlobalData Retail.

En 2018, Target a mobilisé d’importantes ressources pour moderniser ses opérations de livraison et de retrait en magasin. Il a élargi l’empreinte de son service client personnalisé Shipt sur abonnement à 46 États et a également étendu la collecte sur le trottoir à près de 1.000 magasins. Les pressions sur les coûts derrière ces améliorations logistiques affectent les résultats Target de manière significative par rapport à d’autres grands détaillants.

Sources: The E-Commerce Observer, Target Raises Q4 Guidance on Stronger-than-Expected Holiday Sales, Ship-from-store : le nouveau défi omnicanal des enseignes, Walmart vs. Target Business Model: What’s the Difference?, Walmart And Target Have Changed The Game For Amazon, The climate stakes of speedy delivery, Protéger l’environnement et lutter contre les changements climatiques (UPU), Plastiques : le calendrier officiel des suppressions, Target’s investment in store pickup for online orders is paying off, Target Marketplace One Year Later, Target Built a Marketplace It Doesn’t Need

UK, EU & TVA

UK, le point d’entrée favorable des importations au coeur de la fraude à la TVA dans l’UE.

Google

Comment le géant américain veut résoudre le chaînon manquant de la transformation digitale du commerce local.

Wish

Le parfait indicateur de la dérégulation du commerce mondial

Alibaba

Alibaba vs. les marketplaces européennes. La confrontation s’annonce féroce. Faits et chiffres depuis… 1 an.

Shopify

Shopify pourrait bientôt concurrencer Amazon. Faits & chiffres en 2019

Nike vs. Amazon

Nike quitte Amazon : les marques fortes n’ont pas besoin d’Amazon. Jurisprudence annonciatrice d’une ambition hégémonique qu’Amazon n’atteindra pas.

Transport

Pourquoi coûte t-il moins cher d’envoyer un colis identique de Pékin à Brest que de Roubaix à Tourcoing ? Les accords de l’UPU.

Douanes

La suppression des franchises douanières dans l’UE : un défi pour les douanes et les vendeurs.

WeChat & AliPay

WeChat Pay et AliPay dominent les transactions B2C et C2C en Chine. Sont-ils transposables en Occident ?

Amazon

Tendances et prédictions sur Amazon en 2020.

Pin It on Pinterest

Share This