Le commerce électronique sera le plus grand canal de vente au détail d’ici 2021 (Euromonitor).

8 janvier 2020
J’accompagne, forme et conseille différents acteurs de l’écosystème (retailers, e-commerçants, grossistes, fabricants, marques) pour les aider à tirer leur épingle du jeu dans un environnement complexe et concurrentiel.
J’aide les décideurs B2B/B2C à faire de bons choix en matière de technologies, de prestataires, d’acquisition puis les accompagne à long terme dans le déploiement des stratégies ecommerce & retail sur leur site web, en marketplaces, en point de vente et sur tous les canaux existants.
Julien Fontaine

entrepreneur e-commerce & consultant freelance au service de la transformation digitale de votre business.

Avec la majorité de la population mondiale désormais en ligne, le commerce de détail connaît une révolution qui s’étend au commerce électronique et aux magasins physiques.
Selon les données d’Euromonitor, le commerce électronique va générer 60% de la croissance totale des ventes au détail mondiales au cours des prochaines années, et il deviendra le plus grand canal de vente au détail au cours des deux prochaines années sur les 30 secteurs étudiés, avec une part de 16% du total des achats. 2019 a vu l’essor du téléphone mobile comme appareil prédominant pour effectuer des achats numériques.

Plus de la moitié du Monde est désormais connectée à Internet, et le commerce électronique devient un canal important pour le commerce de détail, et sera en fait l’un des plus grands canaux, ou le plus grand canal en 2021. Cependant, la révolution numérique se déroule à différentes vitesses dans le monde, et de même avec le commerce mobile. Les détaillants doivent vraiment être conscients des différents paysages commerciaux et préparer leurs plans d’expansion en conséquence.” Michelle Grant, Euromonitor.

Achats en ligne

Le commerce électronique connaît une croissance rapide, mais la pénétration des achats numériques est variable à travers le monde, l’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique affichant la plus grande part des ventes provenant des canaux en ligne.
Le client du commerce électronique est plutôt jeune, avec près des deux tiers de moins de 44 ans.
70% de toutes les ventes de commerce électronique ont lieu sur des marketplaces, et ce type de plate-forme est encore plus répandu sur des marchés tels que la Chine. Les géants du commerce électronique, notamment Alibaba, JD.com et Amazon, ont atteint leur position en partie en raison de leur modèle qui implique que des fournisseurs tiers vendent des marchandises.
En raison du volume de produits offerts sur les marchés, ils sont souvent en mesure d’offrir une large sélection et des prix compétitifs. Cela attire à son tour plus d’acheteurs, puis plus de vendeurs, perpétuant la croissance.
Il y a à peine trois ans, les ordinateurs de bureau et les tablettes étaient les principaux appareils d’achat en ligne. Cela s’est maintenant inversé et le mobile devance désormais les gros appareils.
En 2019, la part des achats mobiles dans le total des ventes de commerce électronique a dépassé la moitié pour la première fois. D’ici 2023, 58% des ventes du commerce électronique devraient provenir du mobile.
L’Asie-Pacifique ouvre la voie dans le commerce mobile, avec près de 80% des ventes numériques de la région APAC qui devraient passer par les téléphones d’ici 2023.
La Chine en particulier a été un précurseur en matière d’utilisation mobile, contribuant à la montée en puissance du M-Commerce. Des plates-formes telles que WeChat, qui ont commencé comme des espaces d’engagement social ou de paiements financiers, sont devenues des guichets uniques avec l’ajout de places de marchés ou de partenariats avec des acteurs forts du commerce électronique.
La pénétration du commerce mobile a également conduit les géants des médias sociaux à se lancer dans le jeu du commerce électronique. Par exemple, Facebook a développé Instagram Checkout, Facebook Marketplace et un programme de paiement pour WhatsApp en Inde pour capturer une part du commerce mobile.
Mis à part les achats mobiles, le commerce vocal est sur le point de jouer un rôle plus important dans les achats en ligne, Mme Grant qualifiant la voix de “prochain système d’exploitation”. Même si la voix ne devrait représenter qu’environ 5% des ventes de commerce électronique en 2023 , la technologie a un impact sur d’autres aspects du parcours client.
Certains des plus grands obstacles à surmonter pour le commerce vocal incluent le manque de navigation visuelle et les problèmes de confidentialité.

Achats en magasin physique

Malgré le fait que 6 e-acheteurs sur 10 effectuent au moins un achat en ligne par mois, 80% affirment qu’ils achètent toujours dans les magasins. Les ventes au détail attribuées aux magasins sont également toujours en hausse (Monde).
Certains aspects de l’expérience de vente au détail sont plus pratiques via le commerce électronique, mais l’environnement en magasin physique excelle toujours à générer des découvertes, en particulier pour les marques moins connues.

Les canaux numériques jouent un rôle dans la façon dont les détaillants conçoivent leurs magasins physiques.
Le commerce électronique a permis à certains détaillants d’ouvrir des magasins de petit format ou des magasins sans inventaire. Par exemple, Nordstrom Local préfère les services à la vente, avec des magasins compacts sans inventaire proposant la retouche aux mensurations du client, la récupération des commandes en ligne et l’emballage des cadeaux et d’autres services additionnels (Forbes).
En France, Leclerc avec ses Drives Piéton propose un point de retrait au plus prés des habitants des commandes passées en ligne au même prix que dans leurs centres commerciaux, disponible 2 heures après avoir finaliser la commande.
Selon une étude de l’institut Nielsen, de plus en plus de magasins font appel à des caisses automatiques. Désormais, plus de la moitié des grandes surfaces en France sont équipées de caisses en libre-service : parmi les 3299 supermarchés ou hypermarchés répandus sur le territoire, 1887 magasins, soit 57%, proposent à la fois des caisses traditionnelles et des caisses sans caissier, soit en libre-service, soit où les clients scannent seuls leurs achats. (Figaro)

La technologie numérique permet également aux magasins d’éliminer les points de douleur, tels que les longues files d’attente. Amazon Go (23 magasins aux USA) est un concept qui offre aux clients un processus d’achat sans caissier. Le géant du commerce en ligne devrait prochainement ouvrir un Amazon Go à Londres et en Allemagne.
“L’e-commerçant nourrit pour ambition d’ouvrir plus de 3000 Amazon Go dans le monde d’ici 2021. Il pourrait ensuite essayer de déployer son enseigne dans le reste du Vieux-Continent. Il devra néanmoins avancer avec prudence en Europe : la reconnaissance faciale est loin d’être une pratique courante et le règlement général sur la protection des données (RGPD) n’est appliqué dans les pays membres de l’Union européenne que depuis mai 2018.” (LSA)

Même si les consommateurs finissent par faire un achat dans un magasin, le processus d’achat commence souvent en ligne. 65% des consommateurs de la génération Y et de la génération Z commencent leur processus d’achat en ligne.
Selon un rapport Attraqt, 40% de tous les consommateurs de luxe commencent leur processus d’achat dans des magasins physiques, mais les plateformes en ligne deviennent de plus en plus influentes. Trop souvent, les sites Web des marques de luxe et leurs pages sur les réseaux sociaux ne sont pas optimisés pour mieux servir les consommateurs alors qu’ils cherchent à faire des achats coûteux.

Les magasins sont le principal moyen de découverte de la marque. Les consommateurs peuvent toucher et sentir le produit. Le magasin offre également un meilleur moyen de découverte, là où le Web a généralement du mal. Il permet également une gamme d’expériences autour de la marque. Et tous ces types de connexions renforcent la relation entre la marque et le consommateur.” Michelle Grant, Euromonitor.

There are no reviews yet. Be the first one to write one.

#

Précédent

$

Suivant

Webinar

Digitalisation du commerce & perspectives. 2021, avant et après.

Comprendre la 4ème révolution industrielle à l’aube de la 5G.
Challengez votre vision, vos choix technologiques, votre stratégie commerciale et d’acquisition en ligne.

Affinez votre stratégie, enrichissez votre vision du e-commerce B2B/B2C/DTC, du retail, de produits ou de services, dans un contexte technologique, comportemental, marketing, réglementaire et macro-économique complexe… et encore en devenir.

Un webinar agrémenté de nombreuses études de cas.

Vendredi 09:00 – 12:00
Central European Time
30€ TTC
J’accompagne, forme et conseille différents acteurs de l’écosystème (retailers, e-commerçants, grossistes, fabricants, marques) pour les aider à tirer leur épingle du jeu dans un environnement complexe et concurrentiel.
J’aide les décideurs à faire de bons choix en matière de technologies, de business model, de constitution de réseau de distribution et d’approvisionnement, d’acquisition client en ligne puis les accompagne à long terme dans le déploiement des stratégies et la bonne application opérationnelle.
Julien Fontaine

Entrepreneur e-commerce B2B B2C DTC, consultant freelance.

Envoyez moi un email

Réservez 1h de consulting (100€)

Pin It on Pinterest

Share This