Comment les technologies numériques transforment le commerce mondial? Rapport 2018 de l’OMC.

16 septembre 2019
Tags:
J’accompagne, forme et conseille différents acteurs de l’écosystème (retailers, e-commerçants, grossistes, fabricants, marques) pour les aider à tirer leur épingle du jeu dans un environnement complexe et concurrentiel.
J’aide les décideurs B2B/B2C à faire de bons choix en matière de technologies, de prestataires, d’acquisition puis les accompagne à long terme dans le déploiement des stratégies ecommerce & retail sur leur site web, en marketplaces, en point de vente et sur tous les canaux existants.
Julien Fontaine

entrepreneur e-commerce & consultant freelance au service de la transformation digitale de votre business.

Ce rapport de l’OMC sur le commerce mondial est une publication annuelle qui vise à approfondir la compréhension des tendances du commerce, des questions de politique commerciale et du système commercial multilatéral. Il examine comment les technologies numériques transforment le commerce mondial, les différentes manières dont les technologies numériques affectent le commerce international et l’étendue des changements potentiels à venir, et examine les conséquences de cette transformation pour le commerce international actuel et futur.

Faits et constatations clés :

• Technologies numériques telles que l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, la fabrication additive
(Impression 3D) et Blockchain ont été rendus réalisables par l’augmentation exponentielle de l’informatique
puissance, bande passante et informations numériques.
• Les technologies numériques modifient les habitudes des consommateurs en déplaçant les achats en ligne
l’utilisation généralisée d’appareils compatibles avec Internet qui offrent aux consommateurs un accès direct
aux marchés en ligne.
En 2016, la valeur des transactions de commerce électronique a totalisé $27.7 billions, dont $23,9 billions étaient des transactions B2B.
• Du côté de l’offre, les technologies numériques permettent une entrée plus facile et une diversité de produits accrue,
faciliter la production, la promotion et la distribution de leurs produits à moindre coût pour les entreprises.
• Nonobstant les avantages des technologies numériques, ils donnent également lieu à certaines préoccupations, notamment la concentration du marché, la perte de vie privée et les menaces à la sécurité, la fracture numérique,
et la question de savoir si les technologies numériques ont vraiment augmenté la productivité.
Les coûts du commerce international ont diminués de 15% entre 1996 et 2014. Les nouvelles technologies
contribueront à réduire davantage les coûts commerciaux. Nos projections prédisent que le commerce pourrait croître chaque année de 1,8 à 2 points de pourcentage supplémentaires jusqu’en 2030 en raison de la baisse des coûts commerciaux, à une croissance cumulée de 31 à 34 points de pourcentage sur 15 ans.

• La large adoption des technologies numériques modifie la composition du commerce des services et
et redéfinit les droits de propriété intellectuelle dans le commerce. Le commerce des technologies de l’information
a triplé au cours des deux dernières décennies, atteignant $1,6 billion en 2016.
• L’importance des services dans la composition des échanges devrait augmenter. Nous prédisons la part du commerce des services devrait passer de 21% à 25% d’ici 2030.
• La numérisation a entraîné une baisse du commerce des produits numérisables (par exemple CD, livres et journaux)
de 2,7% du commerce total de marchandises en 2000 à 0,8% en 2016. La tendance devrait continuer avec l’avènement de la technologie d’impression 3D.
La réglementation des droits de propriété intellectuelle, des flux de données et de la vie privée ainsi que de la qualité des infrastructures numériques devraient émerger comme de nouvelles sources d’avantages comparatifs.
• La baisse des coûts du commerce peut être particulièrement bénéfique pour les MPME et les entreprises
si des politiques complémentaires appropriées sont mises en place et les défis liés à la diffusion et la réglementation des technologies sont abordées. Nos estimations prévoient que, dans ce cas, la part des pays en développement dans le commerce mondial pourrait passer de 46% en 2015 à 57% d’ici 2030.
• Les technologies numériques créent des opportunités et des défis qui peuvent nécessiter des gouvernements et de la communauté internationale dans des domaines aussi divers que l’investissement dans les infrastructures numériques et capital humain, mesures et réglementation de politique commerciale.
• Un nombre croissant de dispositions faisant explicitement référence aux technologies numériques ont été prises dans des accords commerciaux régionaux. Les dispositions les plus courantes concernent l’e-gouvernement, la coopération et le moratoire sur les droits de douane sur les transmissions électroniques.
• Si le cadre de l’OMC, et en particulier l’Accord général sur le commerce des services, est pertinent pour le commerce numérique et les membres de l’OMC ont déjà pris certaines mesures pour promouvoir le commerce numérique dans le cadre existant, les membres devront réfléchir à la manière dont ils souhaitent des changements continus dans l’économie et la façon dont nous menons nos affaires.

world_trade_report18_e

Permettre et réguler l’économie numérique, par Anupam Chander, Georgetown University Law Center

Permettre et réguler l’économie numérique, par Anupam Chander, Georgetown University Law Center :

Internet est la Route de la Soie du XXIe siècle, propulsant le commerce à travers le monde d’une manière jusqu’alors impossible.
Internet est arrivé sur les côtes de nombreux pays sans préparation préalable de la part des gouvernements, et il faudrait du temps pour voir comment Internet a transformé chaque aspect de la vie – de la socialisation à l’apprentissage en passant par la création. Les régulateurs ont souvent eu du mal à rattraper leur retard, désireux de saisir les opportunités que l’économie numérique offrait à leurs citoyens, mais préoccupés par les perturbations et les autres défis qui l’accompagnaient. Le cadre réglementaire de l’économie numérique s’est développée aux niveaux international et national, passant d’une phase initiale largement favorable à une phase plus récente, plus réglementaire.

La première phase de la réglementation d’Internet s’est principalement concentrée sur la création de nouvelles formes de commerce électronique. À la CNUDCI en 1996, les nations du monde ont accepté de reconnaître les contrats et les dossiers électroniques dans leur droit interne. Les États-Unis ont mené le monde en supprimant les risques juridiques pour les entreprises Internet pour les actions de leurs utilisateurs, y compris pour atteinte aux droits d’auteur ou diffamation des utilisateurs. À l’OMC en 1998, le Conseil ministériel a convenu d’un moratoire sur les droits de douane sur les transmissions électroniques, stimulant le commerce transfrontalier des produits numériques.

Bien qu’ils aient été conçus à l’aube de l’ère de l’Internet, les accords fondateurs de l’OMC visaient les télécommunications et d’autres réseaux électroniques, y compris Internet. L’Accord Général sur le Commerce des Services (GATS) a reconnu quatre modes de fourniture, y compris le commerce transfrontalier, dans lesquels le fournisseur et le consommateur effectuent des transactions à partir de leurs économies nationales respectives à travers une frontière. De nombreux membres ont pris des engagements spécifiques pour libéraliser le commerce transfrontalier des services de bases de données, des services de traitement des données, des services informatiques, des services de télécommunications, ainsi que d’autres services, tels que les services financiers et les services d’agences de voyages, pour n’en nommer que quelques-uns, qui pourraient désormais être numériquement fournis indépendamment des frontières. En effet, au cours de sa première décennie, l’OMC sera confrontée à un différend dans lequel un État membre se plaindra de l’interdiction d’un autre État membre de laisser ses habitants parier de l’argent sur Internet était incompatible avec ses engagements commerciaux transfrontaliers. (page 194)

There are no reviews yet. Be the first one to write one.

#

Précédent

$

Suivant

Webinar

Digitalisation du commerce & perspectives. 2021, avant et après.

Comprendre la 4ème révolution industrielle à l’aube de la 5G.
Challengez votre vision, vos choix technologiques, votre stratégie commerciale et d’acquisition en ligne.

Affinez votre stratégie, enrichissez votre vision du e-commerce B2B/B2C/DTC, du retail, de produits ou de services, dans un contexte technologique, comportemental, marketing, réglementaire et macro-économique complexe… et encore en devenir.

Un webinar agrémenté de nombreuses études de cas.

Vendredi 09:00 – 12:00
Central European Time
30€ TTC
J’accompagne, forme et conseille différents acteurs de l’écosystème (retailers, e-commerçants, grossistes, fabricants, marques) pour les aider à tirer leur épingle du jeu dans un environnement complexe et concurrentiel.
J’aide les décideurs à faire de bons choix en matière de technologies, de business model, de constitution de réseau de distribution et d’approvisionnement, d’acquisition client en ligne puis les accompagne à long terme dans le déploiement des stratégies et la bonne application opérationnelle.
Julien Fontaine

Entrepreneur e-commerce B2B B2C DTC, consultant freelance.

Envoyez moi un email

Réservez 1h de consulting (100€)

Pin It on Pinterest

Share This